Site officiel de Saint Léger de la Martinière en Deux-Sèvres
 

                                                            Mes chers administrés,

la fin de l'année 2015, et plus particulièrement le mois de novembre, a été marquée par de sombres événements qui ont endeuillé une nouvelle fois la France entière et même au-delà de nos frontières. La barbarie qui s'est déchaînée à Paris nous a saisis individuellement et à l'échelle de notre nation.

 

Les bougies et le recueillement à travers le monde ont été le signe visible de notre compassion et de notre soutien aux victimes et à leurs familles, tout comme le signe légitime de notre refus de nous soumettre à quelque califat que ce soit.

Alors que d'innombrables voix ont entouré notre nation et ses valeurs républicaines pendant cette période, certaines, tout en étant sincèrement avec nous dans la solidarité et la compassion, ont fait remarquer à juste titre que peu de bougies s'allumaient pour ces mêmes massacres au Liban, en Irak ou en Syrie. Ce que nous avons vécu collectivement dans notre chair ce soir du 13 novembre, vendredi noir, des populations le vivent au quotidien dans ces pays et dans plusieurs autres d'Afrique. Et ces exactions sont commises par les mêmes, avec la même cruauté, avec cette même volonté de faire mourir ce qui veut vivre : la liberté, la fraternité... les valeurs de la République. En écrivant ce texte, je ne peux m'empêcher de penser à nos philosophes des Lumières qui ont tant revendiqué la Liberté contre un absolutisme, synonyme de dictature, voire de tyrannie.

Ce mouvement de fuite du Bataclan dont nous avons encore les images en mémoire, c'est la fuite devant l'horreur, devant l'indicible. Cette fuite, c'est aussi celle de ces cohortes de migrants qui cherchent à protéger leurs familles, leurs enfants, leur vie tout simplement.

S'il est un sujet clivant aujourd'hui, c'est bien le sujet des migrants.

Entre la difficulté déjà pour un trop grand nombre de nos concitoyens à vivre décemment et l'accueil de ce flot de réfugiés dans une période troublée, réfugiés qui fuient avec femmes et enfants les atrocités d'une guerre d'une barbarie extrême, comment se situer ? Comment accueillir quand il semble que tant de choses manquent déjà à commencer par le travail ?

Mais comment fermer les yeux sur ces atrocités sous prétexte qu'elles se passent plus ou moins loin de chez nous ? Comment ne pas réagir à ces images passées en boucle sur nos écrans de télévision ou sur Internet ? L'indignation, nous pouvons tous la partager. Mais après, comment passer de la compassion ou de l'indignation à l'action ?

Solidarité des peuples, engagement citoyen moral ou religieux, ou encore tout simplement pouvoir être en accord avec soi ? La dignité humaine ne distingue pas entre les malheurs de ce monde, mais parfois elle exige de faire un effort... Un effort certes, « un de plus » me direz-vous, mais un effort supplémentaire pour aider à ce que l'indigne se transforme en digne.

C'est pour cette raison que, sur notre territoire du Mellois, notre devoir est d'accueillir quelques migrants, des personnes en pleine déserrance, qui n'ont plus d'avenir, qui ne savent plus vers qui se tourner ni où aller ? Que peut-on leur proposer pour ne pas simplement les accueillir, mais les intégrer et trouver un sens à leur présence ? Il faut créer un véritable échange ; c'est ce que l'on appelle le partage des cultures. L'ignorance engendre souvent la peur – peut-être est-ce légitime ? - mais ne créons pas d'amalgames qui seraient fatals aux uns et aux autres. Nous avons un vrai travail d'intégration à mettre en œuvre ; nous avons à faire preuve de pédagogie et d'écoute. Cet accueil doit se faire à notre « juste » mesure tout simplement. Quand nous aurons davantage de précisions de la Préfecture, je ne manquerai pas de vous tenir informés.

Les fêtes de fin d'année auront été précédées de moments forts : chronologiquement, les attentats du 13 novembre, la COP 21 et les élections régionales ; de quoi alimenter les débats autour des repas de famille !

Et si nous parlions de notre chère commune de Saint-Léger-de-la-Martinière car, malgré un contexte préoccupant, sachons profiter de l'instant présent : « celui qui pour l'avenir se fait trop de soucis ne profite pas pleinement des beautés de la vie ».

Il y a bientôt deux ans, vous avez élu une équipe soucieuse de votre bien-être quotidien et tournée vers l'avenir ; une équipe qui privilégie le dynamisme et qui sait protéger son patrimoine ainsi que ses valeurs ; une équipe soucieuse de permettre à chacun, petits et grands, de trouver sa place et de se faire entendre ; une équipe qui mesure l'importance des décisions et des choix qui la guident.

Notre tâche est immense, notre responsabilité tout autant.

Ce dont je suis convaincu, c'est que nous faisons évoluer notre commune pour transmettre à nos enfants le fruit de nos engagements. Rien ne saurait être pire que de sombrer dans l'immobilisme en faisant ignorer la réalité qui nous entoure. Nous avons besoin d'une commune dynamique et moderne, capable de s'adapter à son environnement (trame verte et bleue) ; une commune respectueuse des hommes et des femmes qui la composent et des parcours individuels de chacun, mais avec l'ambition d'une unité qui sera notre force pour exister au sein d'un département et de notre nouvelle région.

2016 sera une année durant laquelle vous verrez la commune évoluer à travers la voirie, la construction de logements communaux, différentes actions environnementales, etc. L'organisation d'une nouvelle Nuit Romane avec, au programme, de la musique latine, l'organisation de la coupe d'Europe de mongolfières avec les communes de Melle et Saint-Martin : il est important d'unir nos moyens pour vous offrir une manifestation de qualité sur le territoire. Vous pourrez lire sur les prochains bulletins municipaux les orientations que nous prendrons. Seules, les restrictions budgétaires que je crains nous calmeront vite. Mais avoir de l'ambition, mais une ambition raisonnée permet d'avancer.

A nous, collectivement, d'en porter l'ambition !

C'est tout naturellement que nous avons décidé de créer un Conseil Municipal des Jeunes et un Conseil des Sages que je salue aujourd'hui !

Sept jeunes qui se réunissent tous les deux mois pour évoquer, sous la houlette de Françoise Butré et des membres de la commission Jeunesse, des sujets qui leur tiennent à cœur et qu'ils comptent défendre au sein de notre collectivité au travers de manifestations diverses. Pour un maire, c'est très agréable d'avoir à ses côtés lors des cérémonies commémoratives ces sept jeunes citoyens entourés de leurs copains d'école venus lire des témoignages. Le devoir de mémoire prend tout son sens et cette jeunesse permet de dépoussiérer ces cérémonies trop conventionnelles parfois. Pour rendre officielle cette fonction de jeunes conseillers, une écharpe tricolore sera remise à chacun afin de récompenser son engagement au sein de notre commune. Merci à chacune et chacun pour son engagement à nos côtés !

Cette année, le Conseil des Sages va se réunir pour la première fois d'ici à quelques semaines : il a pour mission d'être le porte-paroles des aînés et d'être l'interface entre les aînés, la population et la municipalité.

Cela peut prendre différentes formes, mais pourquoi pas celle d'un « café citoyen » plus spécifiquement dédié aux aînés ? Le côté « informel » de ce choix permettra sans doute à un plus grand nombre d'habitants de se déplacer. A vous de décider et de définir les modalités de ces rencontres ! Merci de venir me voir dès à présent pour me faire part de vos suggestions !

Ce matin, vous êtes réunis pour la traditionnelle cérémonie des vœux qui revêt, cette année, un caractère festif, puisqu'elle est l'occasion de remettre différentes distinctions bien méritées !

A chacune et chacun d'entre vous, j'exprime mes vœux sincères de santé et de bonheur, d'épanouissement dans votre vie personnelle, professionnelle ou associative, avec une pensée particulière pour celles et ceux qui souffrent dans leur chair et dans leur tête, que les aléas de la vie n'épargnent pas.

Au nom du Conseil Municipal, je vous remercie pour votre confiance, pour votre engagement en faveur de notre commune, du vivre ensemble dans un esprit de tolérance et du respect de l'autre. Notre engagement, « votre » engagement est le signe que nous agissons pour la liberté, l'égalité et la fraternité, pour la République.

Jacques Brel a écrit le 01 janvier 1968 :

« Le seul fait de rêver est déjà très important.

Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir,

et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns.

Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer

et d'oublier ce qu'il faut oublier.

Je vous souhaite des passions.

Je vous souhaite des silences.

Je vous souhaite des chants d'oiseaux

au réveil et des rires d'enfants.

Je vous souhaite de résister à

l'enlisement, à l'indifférence, aux vertus

négatives de notre époque.

Je vous souhaite surtout d'être vous ».

Comme d'habitude, je vous laisse méditer !

Pour conclure ce discours, j'ajouterai ces mots suivants : garder le goût des autres, provoquer le désir de partager, prendre le temps de penser... voilà tout ce que je vous souhaite pour cette nouvelle année... Bon vent à toutes et à tous pour 2016 !

Christophe Labrousse, maire de la commune

 

Voir les éditos archivés...

 

Histoire | Carte | Saint-Léger en images | Economie | Annuaire pro | Projets | Prochaines réunions | Dernière minute | Conseil | Commissions | Délégués
Horaires & contacts | Agents territoriaux | Locations | Démarches | Mot du Maire | Bulletins municipaux | Comptes rendus | Quelques chiffres
Associations
| Manifestations | Utilisation des salles | Vie scolaire | Infos pratiques | Jeunesse | Numéros utiles | CCAS | Services sociaux

Copyright © TETE A CLIC International Multimédia - Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Mentions Légales