Site officiel de Saint Léger de la Martinière en Deux-Sèvres
 

Mes chers administrés,

Et oui, nous sommes déjà parvenus au terme de cette année 2016 ! Année qui n'aura pas été simple pour un bon nombre d'entre nous... Je ne reviendrai pas sur ce que j'ai écrit dans le dernier Bulletin Municipal, mais la situation économique et sociale demeure préoccupante... et la crise touche toutes les corporations ou presque sur notre territoire mellois.

2017, une année de tous les changements...

Le paysage politique et administratif changera et évoluera coûte que coûte !

- Fusion des quatre communautés de communes qui composent le Pays mellois en une grande intercommunalité de communes.

- Élections présidentielles.

- Élections législatives.

Et nous face à tous ces bouleversements ?

Vers la fusion...

Le temps presse maintenant... La nouvelle carte intercommunale issue de la loi NOTRe dont je vous parlerai lors de la réunion publique du 07 avril prochain s'appliquera bien, comme prévu, au 01 janvier 2017. En ce qui concerne notre territoire, notre nouvelle communauté de communes épousera les contours du Pays mellois et passera de 18000 à 49000 habitants. Ce nouveau territoire devra peser plus lourd face à ses voisins et, surtout, au sein d'une nouvelle grande région qui s'éloigne encore un peu plus chaque jour de nos préoccupations.

Recompositions des instances de gouvernance de la communauté, gestion des compétences héritées des fusions et des nouvelles compétences obligatoires dévolues par la loi, pacte financier et fiscal avec les communes membres, organisation et gestion des ressources humaines, etc.

Concernant les finances et la très forte hausse des impôts de la communauté de communes du Mellois cette année, je m'en expliquerai de vive voix devant vous en tant que vice-président : je ne peux que comprendre, ô combien, votre colère face à de telles augmentations... Cependant, au niveau national, comme vous le savez, une prévision de croissance faible et une trajectoire de retour à l'équilibre structurel des finances publiques ont fortement limité les recettes des collectivités. Pour la communauté de communes du Mellois, il s'agit de se conformer à cette situation externe en restant fidèle aux valeurs qui fondent notre projet communautaire, à savoir, le renforcement de l'attractivité du territoire et la lutte contre l'isolement par l'accès à des services publics de qualité. Il faut souligner également que, malgré les baisses de recettes, la fiscalité dédiée à l'intercommunalité est restée stable en 2014 et 2015.

Le gouvernement s'est soi-disant engagé à introduire quelques souplesses pour faciliter la mise en œuvre des nouveaux périmètres sur les plans de l'urbanisme, du tourisme et de la fiscalité, mais en vain...La tâche demeure immense et les conseils méthodologiques manquent cruellement... En ce qui concerne notre future fusion, sa mise en place n'est pas simple dans la mesure où la fusion n'est pas vue d'un bon œil par tous, qu'elle va être subie... La nécessité de faire des compromis entre nos quatre entités est obligatoire ; une fusion ne doit pas être un rapport de forces sur le mode d' « une communauté mange l'autre ». J'ai envie d'ajouter que gérer une fusion est un exercice politique et psychologique car il s'agit pour les élus que nous sommes de créer un destin commun. Il est impératif d'associer tous les maires aux projets et décisions.

Savoir saisir sa chance ...

Sur notre territoire, il nous faut très, très rapidement attirer de nouvelles familles si nous voulons continuer d'exister et répondre aux nouvelles exigences de demain dans tous les domaines. Nous vivons en interaction avec les savoir-faire et les compétences qui se trouvent sur notre terre melloise. La mise en commun, la mutualisation, des manifestations communes et les services rendus deviennent indispensables face à l'évolution des temps, aux coupes franches budgétaires gouvernementales, régionales, départementales, etc., aux augmentations diverses qui impactent notre pouvoir d'achat...La solidarité, comme je le martèle très souvent, est le meilleur moyen de lutter contre l'isolement et l'enfermement sur soi, la peur de l'autre, de l'étranger. La cohésion est indispensable, voire vitale à mes yeux, pour faire poids, alors que les centres décisionnels s'éloignent peu à peu de nous comme je l'ai écrit plus haut ; la création de la grande région Nouvelle-Aquitaine en est le dernier exemple. Nous ne croisons plus les élus de cette grande région, et je le déplore...

Face à cette réalité, dans ce contexte indéniable, des opportunités s'offrent à nous. La création au 01 janvier prochain de la future intercommunalité de communes (réunissant le Cellois, Coeur-de-Poitou, Val-de-Boutonne, et la comcom du Mellois) doit être une chance réelle de rassembler les forces des uns et des autres dans un objectif unique de services rendus, les plus égaux, à chacun des habitants. Pour beaucoup de nos concitoyens, cette fusion n'a aucun sens : « cela coûte beaucoup d'argent », « cette nouvelle entité comptera beaucoup d'agents » et « les services de proximité s'éloignent peu à peu » … « où sont les économies » ? « Les impôts ont augmenté de façon pharaonique », etc. Toutes ces questions sont légitimes, je le conçois aisément.

Cependant, le future intercommunalité de communes doit être un territoire d'espoir et de projets. D'autres nous ont montré le chemin, qui savent s'entendre par delà les clivages de basse politique politicienne, par delà les prérogatives surannées, ne dépassant pas le maigre périmètre des petites baronnies.

Un fait acquis : la future communauté de communes verra le jour et celui-ci ne doit pas être dessiné en clair obscur.

Cette future entité crée une opportunité à saisir pour mettre en valeur nos savoir-faire, pour mettre en relation offrants et demandeurs dans tous ses domaines de compétences. Quand on veut, on peut ! « Encore faut-il le vouloir ? », me direz-vous.

La grande fusion de 2014 n'a été que partiellement réussie, avec la création de la communauté de communes du Mellois ; elle doit, cette fois-ci, l'être complètement ; nous n'avons pas d'autre choix. C'est la dernière carte que nous pouvons jouer si nous voulons sauver notre ruralité et « avoir encore un certain poids » dans le département et au sein de la nouvelle grande région. Nous devons être suffisamment forts et convaincus pour aller oser toquer aux portes de ces grandes entités pour nous faire entendre ! En tant qu'élus locaux, à nous d'être dignes de la confiance qui nous est accordée !

Et cette année 2017, à Saint-Léger-de-la-Martinière ?

L'équipe municipale continuera d'avancer selon la feuille de route qu'elle s'est fixée voilà bientôt trois ans tout en restant très vigilante sur les finances. Tous les projets annoncés cette année ont pu être conduits, sauf les travaux d'accessibilité de l'église car les exigences des bâtiments de France sont draconiennes... Il nous faudra pourtant trouver une solution.

Nous vous tiendrons informés des orientations que nous prendrons dans le prochain bulletin municipal, mais je souhaite que nous demeurions prudents – j'attends l'étude du budget - tout en continuant à dynamiser notre commune même si cela peut paraître paradoxal. Nous travaillerons sur de nouvelles pistes d'économies. Nous lancerons également l'étude d'un lotissement de quatre parcelles derrière le terrain du Pinier ; les travaux sur la trame verte et bleue seront évidemment poursuivis ; la toiture de la mairie refaite ; le village de la Martinière amélioré selon les priorités, comme nous l'avons fait pour la Rousselière et Saint Thibault ; l'accessibilité des lotissements étudiée ; sans oublier un peu de culture !

Je remercie une nouvelle fois toutes les associations et leurs bénévoles qui offrent un éventail d'activités et de manifestations qui font la renommée de notre commune et participent bien évidemment à son dynamisme ! J'en suis très fier et très heureux !

J'arrête d'écrire car il me faut laisser la place aux articles ci-après ! Certains me trouveront peut-être un peu long, mais, que voulez-vous, ce « Mot du Maire » est toujours pour moi un plaisir de communiquer sans ambages.

Au nom du Conseil municipal et en mon nom propre, je vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année et vous donne rendez-vous le samedi 07 janvier pour la traditionnelle cérémonie des vœux !

Bien à vous,

Christophe Labrousse, maire de la commune

 

Voir les éditos archivés...

 

Histoire | Carte | Saint-Léger en images | Economie | Annuaire pro | Projets | Prochaines réunions | Dernière minute | Conseil | Commissions | Délégués
Horaires & contacts | Agents territoriaux | Locations | Démarches | Mot du Maire | Bulletins municipaux | Comptes rendus | Quelques chiffres
Associations
| Manifestations | Utilisation des salles | Vie scolaire | Infos pratiques | Jeunesse | Numéros utiles | CCAS | Services sociaux

Copyright © TETE A CLIC International Multimédia - Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Mentions Légales