Site officiel de Saint Léger de la Martinière en Deux-Sèvres
 

DISCOURS DU MAIRE PRONONCE AVANT LE VOTE DU VENDREDI 15 JUIN 2018

 OUI ou NON à la Commune Nouvelle avec les communes de Mazières-sur-Béronne, Melle, Paizay-le-Tort et Saint-Martin-lès-Melle.

 Nous sommes réunis, ce soir, afin de prendre une décision qui, d'une façon ou d'une autre, aura un impact certain sur l'avenir de notre commune.

Nous sommes arrivés, aujourd'hui, à une période charnière concernant le devenir de nos communes rurales qui ont de plus en plus de difficultés à conduire des projets qui leur permettront de s'inscrire dans cette société moderne, à accueillir de nouveaux habitants, à être toujours plus attractives.


Ne nous berçons pas trop d'illusions : notre ruralité pèse de moins en moins lourd face à la métropolisation.
Au carrefour de deux axes majeurs, je veux parler de ceux formés par la RD 948 et la RD 950, il est tant de créer une commune plus forte, plus visible au sein de la région Nouvelle Aquitaine qui s'est littéralement éloignée de nous et des préoccupations quotidiennes qui sont les nôtres dans nos communes. Si nous voulons construire des projets ambitieux, inscrire notre commune dans la société d'aujourd'hui, rapide et exigeante, à nous d'être des pionniers et de trouver notre juste place dans le futur.
Nos communes, seules, ne seront plus en capacité de garantir un quotidien acceptable, en adéquation avec une société en pleine mutation, de mener des projets structurants et visionnaires.

Alors, travailler sur un projet de communes déléguées, sur une « commune nouvelle » comme la loi NOTRe le précise, c'est offrir à nos administrés une meilleure qualité de services et, surtout, de pouvoir mener à bien des projets plus ambitieux qui nous garantiront certaines subventions. En effet, se réunir nous permettra de peser plus lourd face à l'obtention des dotations.

Ce projet de commune nouvelle, c'est :
adopter une démarche préventive pour faire face aux enjeux d'ordres économique et législatif ;
garantir notre capacité d'agir en regroupant nos moyens et nos services ;
préserver les enjeux de l'expression démocratique au niveau local ;
défendre et partager une ambition commune ;
lutter contre l'isolement (installation du Haut débit dans les zones blanches, etc.) ;
proposer des services de proximité (transports de la navette, etc.) ;
pérenniser des usages (destination vers la jeunesse avec les « Pass' », etc.) ;
diversifier l'offre de terrains constructibles (lotissements, etc.) ;
promouvoir l'attractivité pour s'établir sur une « future » commune (santé, etc.) ;
assurer une complémentarité aux projets communautaires (Pôle accueil en gérontologie, etc.) ;
accompagner la dynamique associative (subventions, etc.).

Alors, dans quelques minutes, chacune et chacun d'entre nous aura la tâche de voter, selon ses convictions, pour l'avenir de notre commune. J'en prends hautement conscience, en tant que maire, et je n'en oublie pas pour autant les 26% de nos concitoyens qui ont signé une pétition contre ce projet. Je leur demande de nous faire confiance ; nous défendrons toujours les particularismes saint-légeois, ce qui fait le charme et l'identité de notre commune : le monde agricole et rural, une qualité de vie indéniable encore préservée, avec nos petits villages, nos lavoirs, nos chemins de randonnées, nos associations, nos artisans, nos commerçants, nos enseignes et notre industrie, etc.

Pour terminer ce discours, partir en commune nouvelle, c'est regarder vers l'avenir pour le construire dès maintenant. Mais qui peut dire ce que l'avenir nous réserve ? Personne. Cependant, réunir nos compétences, nos expériences, nos savoir faire ainsi que nos richesses respectives nous rendra plus forts, donc moins vulnérables.
Pour construire le futur de nos communes, il faut être ancré dans le présent, ce présent qui nous préoccupe :
alors que le nouveau mode de fiscalité de la Communauté de Communes Mellois en Poitou a redistribué les cartes et modifié littéralement nos finances communales , donc l'élaboration de notre budget communal
alors que les dotations de l’État diminuent depuis plusieurs années maintenant et que ces baisses vont aller en s'accentuant, paralysant nos ambitions
alors que nous ne sommes plus en capacité de porter, seuls, des projets conséquents...

Un véritable challenge s'offre à nous, un futur qu'il nous faut construire ensemble dans l'intérêt de chacun et pour le bien de tous.

Alors, peut-être allons-nous, dans quelques minutes, tourner une nouvelle page, ouvrir un nouveau chapitre de l'Histoire de Saint-Léger-de-la-Martinière ? A vous, à nous, élus, d'en être les auteurs.
Une chose est certaine : quelle que soit l'issue du vote de ce vendredi 15 juin 2018, vous aurez contribué à la rédaction de la suite des aventures de la commune.

Personnellement, soyez toutes et tous remerciés pour votre implication, votre réflexion, votre collaboration et l'intérêt que vous portez à notre commune.

Bon vote.

Bien à vous,
Christophe LABROUSSE, maire de la commune

 

 

 

VOTE : OUI ou NON au projet de « commune nouvelle ».

 

 

Voir les éditos archivés...

 

Histoire | Carte | Saint-Léger en images | Economie | Annuaire pro | Projets | Prochaines réunions | Dernière minute | Conseil | Commissions | Délégués
Horaires & contacts | Agents territoriaux | Locations | Démarches | Mot du Maire | Bulletins municipaux | Comptes rendus | Quelques chiffres
Associations
| Manifestations | Utilisation des salles | Vie scolaire | Infos pratiques | Jeunesse | Numéros utiles | CCAS | Services sociaux

Copyright © TETE A CLIC International Multimédia - Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Mentions Légales